Entre filles : menstruations, tampons et tralala !

Posted by
|

Entre filles : menstruations, tampons et tralala !
Entre filles : menstruations, tampons et tralala !

Ce midi j’ai eu la chance d’être invitée à un dîner intime entre blogueuses/journalistes beauté en compagnie de Maripier Morin, Camille DG du blog Le Cahier et Laurence Pagé (chanteuse, animatrice, etc). L’invitation venait de U by Kotex, une marque que tout le monde connait. Du moins, la gente féminine ! Couleurs funky, emballages girlie… ; On s’entend, Kotex ne peut peut-être pas rendre les règles agréables, mais elle aide drôlement à les rendre plus supportables !

Entre filles : menstruations, tampons et tralala !
Entre filles : menstruations, tampons et tralala !

Dès midi au Bota Bota Montréal, on a pu déguster un repas 3 services de saison qui était délicieux. Nous étions invitées à commenter et raconter nos histoires par rapport aux menstruations, sujet encore tabou. On dirait que dès qu’on entend le mot nos oreilles grincent ! Dans un sens, je me dis pourquoi ? Il n’y a rien de plus naturel et aucune d’entre nous n’y échappe, peu importe notre âge, race, orientation, etc. Outre le fait que certains garçons puissent augmenter le malaise face à ça, j’ai l’impression que même nous entre filles on n’est pas totalement à l’aise avec nos règles, comme si c’était une honte parfois. Ou un gros fardeau. D’ailleurs, la belle Maripier m’a fait bien rire avec son ‘’Hey c’est tu moi ou chaque fois qu’une fille me demande si j’ai un tampon en murmurant, j’ai l’impression de faire un deal de drogue ?!’’. C’est vrai. On se cache pour mettre un petit tampon dans le creux de la main de notre amie. Pourquoi ?! Tout le monde en a déjà vu, c’est un scoop pour personne que toi ou ton amie est menstruée.

Entre filles : menstruations, tampons et tralala !
Entre filles : menstruations, tampons et tralala !

Il fut une époque où je me sentais très mal d’avoir mes règles. Pour vous mettre en contexte, je les ai eues en 4e année au primaire. Ce qui veut dire environ 10 ans. C’est quand même jeune ! Je me souviens très bien de comment c’est arrivé. C’était un petit matin d’école comme les autres, j’ouvrais mon pupitre (oui, les anciens pupitres qui s’ouvraient par en haut !) et soudain, AYE ! Prise d’une crampe intense, je me replis sur moi-même. Je ne cris pas (j’ai mon orgueil, attention), mais j’ai mal comme jamais auparavant dans ma vie. Je me demande ce qui ne va pas avec mon corps !

Embêtée, je suis envoyée par la prof à l’infirmerie. Voyant que je ne vais pas bien, elle m’allonge sur un petit matelas bleu (qui se souvient de ces fameux matelas ?!). Elle me pose plein de questions, remplit un questionnaire et part appeler mes parents à l’accueil. Pendant ce temps, j’ai un flash. Je me souviens de l’autre infirmière qui était venue nous parler en classe (entre filles seulement) des règles et de quelle serviette elle préférait personnellement ! On avait eu un cours 101. On écoutait bouche-bées sans rien dire. Je me suis souvenue ce cours d’éducation étrange et j’ai soulevé mon pantalon pour voir ma culotte. Elle était tachée de sang. J’ai laissé retomber ma tête par en arrière sur le tapis en signe de désespoir. Peut-être l’infirmière n’avait pas pensé me demander vu mon jeune âge ?! Vous pouvez être certaines que je ne lui ai pas dit quand elle est revenue. Trop gênée.

Ma mère est venue me chercher et je pense lui avoir dit dans l’auto. Elle semblait s’en douter, comme si ça s’en venait. Ça se peut, car j’étais déjà très développée pour mon âge. Même jeune/enfant j’avais des petits seins déjà. Mais à 10 ans, j’étais dans les plus grandes de l’école et mon corps de femme était déjà là. Celui que j’allais garder pour le reste de mes jours… Des hanches larges (qui viennent avec des cuisses généreuses), des seins moyens et un petit torse. Je suis la copie-conforme de ma mère. Je suis juste 2 pouces plus grande qu’elle ! Et je fais 5’3. Alors au secondaire, alors que toutes mes amies continuait leur croissance, moi, j’avais fini de grandir. Je suis passée de la plus grande à la plus petite. Et ma silhouette de poire, elle n’a pas changé et elle ne changera jamais car je suis faite ainsi. Je l’accepte.

Un souvenir que j’ai gardé qui m’avait bien énervé à l’époque, c’est que 2 ans plus tard, en 6e année, certaines filles faisaient SEMBLANT d’avoir leur règles. C’était la gang de filles cool et un peu plus ‘’tannantes’’ de l’école. Elles juraient avoir vu les tampons d’une et l’autre d’avoir vu du sang sur du papier de toilette de l’autre. N’importe quelle menterie pour avoir de l’attention dans la cour. J’étais jeune, mais je savais bien (parce que ma médecin m’avait expliqué), que nos règles arrivaient quand on étaient développées. Ces filles étaient filiformes. Si les seins ne sont pas encore poussés… je n’y crois pas. Elles associaient menstruations = femme et femme = je suis attirante pour des gars. On était 2 dans toute l’école à avoir nos règles à ce moment. S’en parler en chuchotant dans la cour était notre échappatoire, notre soupir collectif, notre moment de ‘’ok, je suis normale moi aussi’’. Et pendant qu’on était désemparées d’avoir nos règles si tôt, d’autre se vantaient faussement de les avoir. Je trouvais ça pathétique.


Une chose m’a frappée à l’événement. Apparement, depuis la réforme scolaire (l’année juste après moi), ils ne donnent plus de cours d’économie familiale ni ‘’cours 101 menstru’’. Tout ce que je peux dire c’est que j’espère que les mamans font leur rôle de prévention car il me semble qu’avoir ses règles à 8,9,10 ans sans savoir c’est quoi, ça choque une fille solide. J’ai trouvé bien que Josiane (une amie blogueuse) nous raconte que son bébé la voit aux toilettes et est curieux de voir du sang 1 fois par mois dans le bol. Elle le désensibilise ! Ado, il trouvera déjà ça correct et normal. Je trouve que beaucoup de gars encore sont rébutés par la chose. Soit ils ne comprennent pas, soit ils trouvent ça sale. Se sentir mal quand on est dans sa semaine ça ne devrait pas arriver. On a déjà à supporter notre corps et nos émotions, leur commentaires, on s’en passera ! Eux ils ont rien (pas juste). Alors un peu de respect ! C’est la nature.

Bref, je ne vous demanderai pas comme dans la pub de me dire quels sont vos dessous préférés. Honnêtement ça m’importe peu. Par contre je serais bien curieuse d’entendre vos histoires de règles si vous osez ! Je me suis dévoilée à vous, après avoir un peu hésité… mais je me dis, qu’est-ce que ça peut bien faire que les gens sachent tout ça, même si c’est un peu intime ?! Je ne vois pas comment quelqu’un pourrait m’insulter suite à ça. C’est la vie !

Bref, on est entre filles sur ce site, sentez-vous bien à l’aise. J’adore vous lire. Si vous avez des questions aussi, je suis là. Si vous aimez ce thème, on pourrait se refaire chaque mois on petit topo ‘’ENTRE FILLES’’. Si je vois aucun commentaire eh bien je comprendrai que je ne dois plus refaire d’articles plus personnels ! hehe 😉

Sur ce, je vous laisse sur un petit Top 10 des pires choses quand tu es menstruée, parce qu’il faut bien en rire tout de même ! Ciao ! xx

Les 10 pires choses qui arrivent quand tu es dans ta semaine

1. Tu es chez quelqu’un et il n’y a pas de poubelle dans la salle de bain.
Tu la jette où ta serviette (ou ton tampon) ?! J’ai sûrement dû un jour en traîner une dans ma sacoche bien enveloppée le temps de trouver une poubelle… mais j’ai voulu effacer cet évènement de ma mémoire.

2. T’as beau dormir avec une ‘’couche’’ XXXL, tu te réveilles les draps tachés.
Moi parfois, je mettais une serviette de plage en dessous de moi pour être certaine ! Le pire, c’est si ça arrive chez quelqu’un. Là… fait pas semblant de pas avoir vu.

3. Ta vie devient un téléroman dramatique.
Sérieux, moi je me surprend à regarder par la fenêtre déprimée, à me poser plein de questions sur la vie. Ensuite je réalise que je suis triste, ça me frappe et je me dis ‘’pourquoi je suis depressed déjà ?!… Ah oui. Mes règles’’. Et là je vais mieux parce que je blâme les hormones.

4. T’as l’impression que tout le monde voit ta serviette à travers ton pantalon.
Ou sens ces odeurs bizarres que tu as honte d’avoir. Mais apparement, dans les 2 cas on s’en fait pour rien.

5. Tu pognes une divan-tite.
Tu sais, cette envie de ne rien faire ?… Rester allongée sur le divan à regarder Netflix habillée en mou ? (Oups, ça ça m’arrive plus qu’une fois par mois) !

6. Tu es dans ta semaine en même temps que ta soeur.
C’est bien connu, les femmes, on se synchronise. Mais voulez-vous ben m’expliquer pourquoi ?! Ça fait juste 2x plus de filles qui pognent les nerfs à rien, ça.

7. Ta culotte de menstruations commence à déchirer.
Eh ouais, elle est trop vieille. Tachée, trouée, c’est le temps de la changer ! Et dieu seul sait que c’est plate magasiner une ‘’granny panties’’ parce que 1- c’est pas cute et 2- on l’achète dans le but de la salir. So cool !!

8. Tu allais déjà aux toilettes 6 fois par jour, là c’est plus comme 12 !
Sérieux. Les filles pisse-minute, vous me backez sur celle-là ?! 🙁 En plus de devoir passer notre journée aux toilettes, il faut emmener tout notre artillerie. Et passer inaperçue.

9. T’as mal partout.
Y’en a que c’est le dos, le bas-ventre, les seins… En plus, c’est prouvé, on dort moins bien quand on a nos règles. Coudonc, y’a tu quelque chose de l’fun quand on est dans notre semaine ?!

10. Tu te dis qu’il reste juste 3 semaines avant de re-tomber dans ta semaine.
Ça passe vite ! Si on calcule 1 semaine de SPM avant et quelques jours de sautes d’humeur APRÈS, ça laisse pas grand jours dans le mois pour être normale.

À Propos du Blog

Maquillage Cynthia, votre blog sur le maquillage, la beauté, la coiffure, la mode & les conseils psycho par l’Artiste Maquilleuse Cynthia Dulude !
Retrouvez chaque semaine de nouveaux articles exclusifs, nouveaux looks et tests produits, mes nouvelles vidéos YouTube et les discussions de la communauté !

Suivez-moi

Réseaux

Cynthia Dulude Facebook @CynthiaDulude sur Twitter Cynthia Dulude YouTube Cynthia Dulude Google+ Cynthia Dulude Pinterest Cynthia Dulude Instagram Maquillage Cynthia RSS

© 2012-2018 Cynthia Dulude – Site & Design par